Qui sommes nous?
Nous c’est Alice, 34 ans, éducatrice Montessori, Franck, 39 ans, menuisier.
Nous sommes les heureux parents de Céleste 6 ans et demi et Rose 5 ans.
Nous avons décidés de nous lancer dans une grande aventure: un tour du monde!
Au départ nous devions partir pour une durée de 1 an mais après avoir rencontré 3 supers familles de nomades, nous avons décidés de vendre notre maison et toutes nos affaires et de partir sur les routes de France, d’Europe et du monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi on part?
Pour une multitude de raisons:
– découvrir le monde
– découvrir d’autres cultures
– faire des rencontres
– profiter de nos enfants tant qu’elles sont petites: après ce sera trop tard et le temps perdu ne se rattrape jamais.
– vivre autrement, plus simplement parce que nous nous sentons enchaînés par tout ce que l’on possède (la maison, les biens matériels: nous en sommes un peu esclaves en devant travailler pour payer le crédits, les factures, les impôts… Moins de bien matériel, c’est plus de liberté, pouvoir partir quand on veut, aller où on veut et faire ce que l’on souhaite)
-profiter de la vie tout simplement: on pourrait se dire que l’on peut faire ce voyage lorsque l’on sera en retraite. premièrement nous trouvons cela égoïste dans le sens d’attendre de ne plus avoir les filles pour faire ce voyage. Deuxièmement, la question se pose: aurons nous un jour une retraite? et surtout dans quel état de santé serons nous? nous connaissons tellement de monde souffrant de cancers alors qu’ils sont encore jeunes ou même nos proches qui n’ont pas atteins la retraite ou sont décédés juste après. Alors on se dit que c’est maintenant qu’il faut le faire, tant que nous sommes en bonne santé et que les filles soient petites afin d’en profiter aussi.

 

 

 

 

 

 

 

quel a été le déclic?
Nous avons voulu faire comme tout le monde: penser à préparer notre retraite, investir pour plus tard et entreprendre avec beaucoup de motivations, mais l’administration et les banques nous ont mis des bâtons dans les roues (trop).
c’est à ce moment là, lorsque trop d’obstacles se sont dressés sur notre chemin, que l’idée est née: « et si on vendait tout pour partir faire un tour du monde? »
dans la foulée, sans trop nous poser de questions (mais un minimum quand même du style « comment allons financer tout ça? ») nous avons trouvés le véhicule idéal et acheté un camping car.
Lancés dans l’aventure, nous sommes allés au SVA des Marthres d’Artières à côté de Clemont Ferrand qui nous a fait rencontrer des familles nomades qui nous ont décidés à tout vendre et partir. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qu’en pense nos familles? nos amis?
Nous nous attendions à passer pour des fous et étonnamment, tout le monde l’a très bien pris. La seule chose qu’ils ont du mal à comprendre c’est pourquoi nous vendons la maison après tout l’investissement financier et surtout personnel que nous y avons mis.
Peut être aussi qu’ils commencent à avoir l’habitude de nos projets un peu fous mais qui fonctionnent très bien au final.

 

 

 

 

 

 

 

En parler au boulot ou comment se libérer du quotidien de son job?
Franck a commencé à parler de notre projet lors du repas de fin d’année du travail juste avant les vacances d’été. Un de ses collègue parlait se sa fille qui avait acheté un camping car pour faire un tour du monde. Restant silencieux sur le sujet, ils se sont tous tournés vers lui en lui demandant si lui aussi comptait faire un tour du monde vu qu’il venait d’acheter un camping car?
Réponse: eh bien puisqu’on en parle… il faut que je vous dise….
Bref, tout s’est très bien passé, les patrons ont bien pris l’annonce (a l’époque nous ne devions partir que dans 3 ans)
Cependant, lorsque quelques mois plus tard, ils ont appris par accident que nous comptions partir plus tôt que prévu et ne pas revenir…
… ça a été le drame! Car lors de notre vide maison, il a vendu un article à une dame avec qui ils ont parlés du voyage en long en large et en travers et qui s’est avéré être la mère de sa patronne !!!
Ses patrons ont donc cru que Franck allait partir du jour au lendemain alors que notre départ officiel n’est prévu que d’ici 9 mois environ, le temps de tout vendre et surtout de trouver un remplaçant pour son poste.
Après quelques explications tout est rentré dans l’ordre avec eux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avons nous peur?
Autant être honnêtes, nous avons bien quelques peurs:
– les petites du style « allons nous trouver de bons spots (lieux) où nous poser? » parce que plus ça va et plus les camions et les camping car ne sont plus admis nulle part (barrière de hauteur, parkings interdits…), ou « allons nous trouver du travail? »
– et les grandes: peur de quitter une stabilité, un moule sociétal, un travail stable. c’est la peur de finir nos vieux jours dépendants de nos enfants. La peur aussi de mal faire, de sortir nos filles du modèle sociétal traditionnel et pourtant nous savons au fond de nous qu’il ne peut que sortir du bien de cette aventure car ce que nous allons leur offrir ce sont les clefs d’une intégration réussie dans n’importe quel pays, nous allons leur donner la chance d’apprendre à parler plusieurs langues, leur offrir une culture, et ouverture d’esprit sur le monde et les gens qui vont les entourer. C’est les préparer autrement pour la vie vie qui les attends, pour préparer le futur car nous savons très bien que la plupart des métiers d’aujourd’hui n’existeront plus demain et que les métiers de demain n’existent pas encore.
Nous souhaitons leur offrir toutes les clefs afin qu’elles puissent s’adapter au monde de demain et qu’elles réalisent leurs rêves.
Alors oui, vous allez nous dire que c’est un peut utopique mais ne vaut il pas mieux réaliser ses rêves plutôt que de rêver sa vie?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Préparer le voyage? une organisation minutieuse?
Notre voyage en France et en Europe n’est pas organisé, nous irons où le vent nous porte, où le travail nous fixera pour quelques jours ou semaines.
C’est le tour du monde en lui même que nous préparons avec minutie car un tel voyage ne s’improvise pas (il faut penser à tout: aux visas, au budget, aux temps de traversée des pays, aux endroits que nous voulons visiter, le matériel que nous devrons emporter…), il y a plein de contraintes dont nous devons tenir compte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et le financement? comment allons nous faire?
En ce qui me concerne, je propose depuis quelques temps des formations Montessori pour adulte, niveau 3-6 ans et je suis associée avec une de mes meilleures amies.
Quant à Franck, étant menuisier, il n’aura pas de mal à trouver du travail un peut partout, il y a toujours besoin d’un bon menuisier quelque part et puis il dispose aussi d’un excellent réseau pour trouver du travail. Il a aussi envie de faire un peu de woofing lorsque cela est possible puisque aller à la rencontre des gens fait aussi partie de notre voyage.

 

 

 

 

 

 

 

Qu’en pensent les filles?
Céleste: je trouve ça bien, parce que j’ai hâte de partir, parce que je suis pressée d’aller voir les continents (éléphants d’Asie, d’Afrique, des pandas, des tigres, des animaux animaux en liberté). je veux les voir en liberté et pas enfermés. je fais l’école avec maman et c’est bien, j’apprend super bien beaucoup de choses que j’aime bien. et je peux faire des pauses quand je veux. j’aime bien faire des coloriages magique. j’ai pas envie de faire comme papa, d’aller travailler toute la journée, de manger là bas, je suis bien avec maman. j’ai plein de copain que je peux voir quand je veux parce qu’ils vont pas à l’école comme moi, je peux aller dormir chez eux ou y aller plusieurs jours. mais j’ai aussi des copains qui vont à l’école mais je les vois moins souvent. la maison va quand même me manquer parce que je la verrai plus jamais mais je suis d’accord pour la vendre et partir voyager. je me fais plein de nouveaux copains comme les road as6 ou les vadrouilleurs que j’ai rencontré au véhicule d’aventure (SVA). c’est chouette de rencontrer de nouveaux copains et de parler de voyage avec eux et en plus on a leur chien pendant qu’ils sont au Maroc.

 

 

 

 

 

 

 

Rose: je trouve ça bien de partir parce que je voudrais faire comme les road as6 , je voudrais aller voir les chamaux, les dromadaires, les chat dans la nature qui sont pas emprisonnés, je veux voir plein d’animaux sauvages. je veux aller voir tous les continents, le pays des bisons aussi. ça me plait de vivre dans le camping car.j’aime bien faire l’école avec maman, c’est trop bien de jouer avec les activités.

 

 

 

 

 

 

 

Et l’école dans tout ça?
Depuis la naissance des filles, nous savions que nous ne voulions pas les mettre à l’école, nous avons toujours voulu faire leur instruction au moins jusqu’à 7 ans pour leur apprendre à lire.
Par la suite j’ai découvert la pédagogie Montessori à laquelle je me suis formée pour les 3-6 ans et les 6-12 ans.
J’ai eu la chance d’achever ma formation en travaillant pendant un an dans une école Montessori qui venait d’ouvrir ses portes.
Par la suite, nous avons ouvert notre propre école d’inspiration Montessori où nous avons scolarisées nos filles.
Depuis sa fermeture en octobre dernier, je continue à assurer leur instruction en IEF. Nous avons eu notre premier contrôle mi janvier.
Le plus difficile pour moi a été de sélectionner le matériel Montessori à garder pour le voyage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Est ce une chance ce voyage?
Lorsque l’on parle de notre voyage, beaucoup de personnes nous répondent que nous avons beaucoup de chance de partir. Nous ne sommes pas vraiment d’accord parce que au final, c’est plus un choix qu’une chance. Nous avons fait le choix de partir et surtout nous nous sommes donnés la possibilité de partir. N’importe qui peut le faire, il suffit de le choisir, de le vouloir et de se donner les moyens de le faire.
La seule « chance » que nous avons (si on peut appeler cela comme ça) c’est d’avoir reçu un petit héritage qui nous a permis d’acheter le camping car d’occasion.